מרחק, נגיעה נעמי וולפסון צופיה שקורי
מרחק נגיעה

להזמנת הספר
ניתן להשאיר פרטים כאן
ואנו נחזור אליכם בהקדם

קראת? נהנית?
אנא כיתבי לנו הערות, הארות ותובנות חדשות מהספר

דף הבית > כתבות > Le secret de l’intimité dans le couple

Le secret de l’intimité dans le couple

Claire Dana-Picard | 25/04/2012

Naomi Wolfson, psychothérapeute et conseillère conjugale, vient de publier un nouveau livre en hébreu dans lequel elle propose un regard différent sur le couple juif en expliquant qu’il aspire à l’union parfaite qu’il a connue au moment de la création.

  Naomi Wolfson, psychothérapeute et conseillère conjugale, vient de publier un nouveau livre en hébreu dans lequel elle propose un regard différent sur le couple juif en expliquant qu’il aspire à l’union parfaite qu’il a connue au moment de la création.

Le P’tit Hebdo: Naomi, pourquoi avez-vous écrit ce livre?

Naomi Wolfson: Dans mon livre précédent, je m’adressais davantage à des personnes ayant des connaissances en Torah. Cette fois, je me tourne vers un public plus large. Pendant dix ans, j’ai formé, dans le cadre de l’association Tsoar, des madrihot enseignant les lois du mariage à des jeunes filles, religieuses ou non, devant suivre au moins un cours sur la pureté familiale avant de se marier. Lors de mes contacts avec des femmes non pratiquantes, je me suis rendu compte que certaines d’entre elles avaient de nombreux préjugés sur la vie conjugale et sexuelle des couples religieux qu’elles considéraient souvent comme archaïque. Des idées préconçues persistent aussi, malheureusement, dans certains milieux religieux. J’ai donc décidé d’écrire ce livre, avec ma fille, pour montrer combien les lois observées par la femme sont merveilleuses dans le judaïsme.

LPH: Quels sont les thèmes que vous abordez?

NW: Je parle notamment de la notion de pureté et d’impureté, en écartant toute analogie avec l’idée de «souillure ». J’insiste également sur le fait que la vie d’un Juif doit être menée dans le plaisir et la joie. Nous devons nous débarrasser de ces idées provenant de l’exil selon lesquelles le juif doit vivre en souffrant et que la sainteté ne peut s’acquérir que dans la souffrance. J’ai reçu cet enseignement de mon père, le Rav Botschko zts’l, qu’il a transmis à des milliers de disciples. Il disait que l’union du corps et de l’esprit créait l’harmonie et permettait un culte authentique au service de D.

LPH: Parvenez-vous à toucher également le public non religieux?

NW: J’aimerais l’atteindre davantage. Le public religieux apprécie beaucoup mon livre et y trouve de nombreuses réponses à ses questions.

LPH: Qu’apporte essentiellement au couple la séparation régulière qui lui est dictée par la Halakha?

NW: Il existe une expression très courante dans la Hassidout: «un plaisir permanent n’est pas un plaisir ». Dans cette séparation, qui ne doit en aucun cas être idéalisée, on passe de la nostalgie au contact, de la distance au rapprochement. Pour ressentir le plaisir des retrouvailles, il faut se trouver dans une situation de manque. D. a créé deux êtres distincts qui ne font plus qu’un tout en conservant leur dualité. C’est dans leur vie de couple qu’ils s’accomplissent pleinement.

LPH: Peut-on parler de nostalgie en évoquant l’époque où l’homme et la femme ne faisaient qu’un? 

NW: D. les a créés «un » et nous avons gardé en nous ce goût du «Ehad », de l’union. Lorsqu’on dit «qu’il n’est pas bon que l’homme soit seul », on exprime ce qu’éprouve l’homme qui a conservé cette impression inhérente à Adam Harishone. Toutefois, la séparation opérée par D. était nécessaire pour permettre le développement personnel de l’individu dans le couple avant de retrouver ce point d’union.

מרחק, נגיעה סוד האינטימיות – מבט יהודי 

Eloignement, rapprochement – le secret de l’intimité selon l’optique juive. Naomi Wolfson (francophone): 052-5665653 http://www.panimbefanim.com/merhak.html